Un terroir des marais de Rochefort, au sud du village des Mouniers et au contact de la Charente, a porté le nom "le Blanchet", "les Blanchets", ou "Chez Blanchet". Ce nom ne date pas d'hier puisqu'on le relève dans un compte de recettes et de dépenses de la châtellenie de Rochefort, pour les années comptables 1478-1480 :
- Dudit Dorat [Jean Dorat] et André Guérin pour ung quartier de pré assis en Blanchet, 1 boisseau avoine
- De Yvon Gardrat en lieu de Hylayret Gobineau pour troys quartiers de pré assis en Blanchet, 3 boisseaulx avoine
- Dudit Gardrat en lieu de Jehan Caillaut pour troys quartiers de pré assis en Blanchet, 3 boisseaulx avoine
- De Pierre Labe le jeune en lieu de Jehan de la Boultonne pour troys quartiers de pré en Blanchet, 3 boisseaulx avoine (BM la Rochelle, manuscrit 2465).

On le situe facilement, grâce à des actes notariés de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe :

- un journal environ de pré, au lieu du Blanchet, paroisse Notre-Dame, seigneurie de Rochefort (Minutes Ferrand, XXXIV, liasse 13, pièce 465, de mars 1694).
- cinq quarts de journal de pré fauchis, situés
au Blanchet, confrontant d'un bout, au midi, à la rivière (Minutes Ferrand, XXXIV, liasse 22, pièce 837, du 15 décembre 1698).
- quatre routes (1) de pré, contenant un demi-journal, situées
au Blanchet, seigneurie de Rochefort (Minutes Ferrand, XXXIV, liasse 23, pièce 348, du 10 juin 1699).
- pièce de pré appelée
le Pré Blanchet, de sept journaux ou environ, seigneurie de Rochefort, confrontant au midi à la rivière (Minutes Ferrand, XXXIV, liasse 24, pièce 413, du 17 juillet 1699).
- un demi-journal de pré fauchis, situé
Chez Blanchet, seigneurie de Rochefort, confrontant au midi à la rivière (Ferrand, XXXIV, liasse 24, pièce 545, du 11 octobre 1699).
- pièce située
au Blanchet, tenant au levant au pré des héritiers Guérineau, au couchant au pré de Zacharie Laydet, au midi à la terre de Zacharie Gaston, au nord au pré de Pierre Loiseau (Ferrand, XXXIV, liasse 25, pièce 289, du 4 juin 1700).
- partie de pièce de pré fauchis, de un journal environ, située au
lieu appelé Blanchet, seigneurie de Rochefort, confrontant le total, vers le midi aux carreaux du sieur Boynot, au nord au pré du nommé Boulineau, fossé entre deux, vers l'orient aux héritiers de Mathurin Gaston (Ferrand XXXIV, liasse 27, pièce 389, du 6 septembre 1701).
- un demi-journal de pré, situé
au Blanchet, tenant au midi à la rivière de Charente, seigneurie de Villeneuve-Montigny (Ferrand XXXIV, liasse 30, pièce 301, du 4 juillet 1702).
- un journal de terre, au
lieu appelé les Blanchets, seigneurie de Rochefort, confrontant à l'orient au pré des Giet, à l'occident au pré des héritiers Benet, au midi à la terre du sieur Chauvet, au nord audit Giet (Ferrand, XXXIV, liasse 33, pièce 304, du 28 octobre 1705).

D'autre part, un chemin nord-sud reliait le village des Mouniers au Blanchet. Il est dit "chemin de Blanchet" ou "chemin Blanchet" :
- grande pièce de terre desséchée, confrontant à l'occident au
chemin du village des Mouniers au Blanchet (Ferrand, XXXIV, liasse 25, pièce 289 du 4 juin 1700).
- pièce de pré appelée le Grand Carreau de la Maison Neuve, située proche la porte de Martrou, contenant environ cinquante journaux, renfermée tout autour de fossés, à charge... de faire un pont de bois pour entrer et sortir dans ledit pré du bout vers l'occident sortant au
chemin de Blanchet (Ferrand XXXIV, liasse 14, pièce 599, du 8 août 1694).
- pièce de pré gâtis, contenant neuf journaux, située près le village des Mouniers, seigneurie de Rochefort, confrontant au midi au carreau du roi, fossé entre deux, au nord au pré d'Alexis Greleau et Pierre Gaborit à cause de sa femme, fossé entre deux, à l'orient au
chemin Blanchet, fossé entre deux, à l'occident aux carreaux du roi, fossé entre deux (Ferrand, XXXIV, liasse 22, pièce 757, du 3 novembre 1698).

"Blanchet" fait partie de la longue liste des noms de terroirs ou de villages de la commune qui proviennent de noms de personnes. D'après notre documentation, il ne semble plus y avoir de Blanchet propriétaire en ce lieu, en 1478-1480. Cependant le nom existe à Rochefort aux environs de 1700. Le 30 juillet 1695, la neuvième parcelle du lotissement des Petites Allées est adjugée au sieur Blanchet, tailleur d'habits, pour la somme de 55 livres (Document publié par Albert Taire dans Rochefort 1666-1966, p. 168). Un Martial Blanchet, journalier, prend à rente un terrain à bâtir, en haut de la rue Denfert-Rochereau, en 1705 (Ferrand, XXXIV, liasse 33, pièce 266, du 18 septembre 1705).

D'autre part, un canal creusé en 1778 reliait l'abreuvoir à la Charente, au terroir du Blanchet. Une note de 1824, relative aux travaux à effectuer pour l'assainissement du quartier de "l'abreuvoir ou lavoir", l'appelle "canal de la batterie des canons dit des Blanchets" (2). Il ne subsiste qu'en partie, à l'est de la rue Paul Morchain. Une rue ouest-est, au nord de l'ancien village des Mouniers, qui débouche dans la rue Paul Morchain, a été appelée "rue des Blanchets", probablement parce qu'elle se situe à hauteur de ce qui reste du canal. Ce nom aurait évidemment mieux convenu à l'ancienne "route de Soubise", dans sa partie nord-sud, puisqu'elle menait droit aux Blanchets. Cette voie semble bien, d'ailleurs, être un aménagement de l'ancien chemin des Mouniers au Blanchet.

Notes

(1) On appelait route la bande de pré abattue par le faucheur dans son mouvement. Quatre routes représentent la largeur de quatre passages de faux.
(2) Reproduction de la note et du plan des lieux, dans
Rochefort, Trois siècles en images, tome premier, document 307.

Publié dans Roccafortis, 3e série, tome II, n° 14, p. 273-274. Texte corrigé et complété.